Suivez nous sur twitter

EXCLUSIF !

Découvrez le Dossier "Accessibilité numérique"

Fiches pratiques au service des ressources humaines

Axelle LEMAIRE – Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, chargée du Numérique

7333dd7a-05f2-44f1-8df7-1d2441ba6359

Tenir la promesse d’égalité portée par le numérique : c’est un de mes objectifs depuis mon arrivée au gouvernement. Car si le numérique est porteur d’émancipation, je veille particulièrement à ce qu’il ne se soit pas un facteur supplémentaire de discrimination et d’exclusion.

Un exemple parmi d’autres : nos démarches administratives sont de plus en plus dématérialisées. Il s’agit d’un gain de temps et de productivité pour celles et ceux qui maitrisent les outils informatiques. Mais cela peut être un réel obstacle pour celles et ceux qui n’ont pas d’outils informatiques à disposition ou ne sont pas à l’aise avec le maniement de ces outils.

Ainsi, à l’heure du « digital by default », je prône l’accessible by default. Car on voit bien que l’accessibilité numérique, ce n’est pas seulement rendre accessible les sites internet et outils numériques pour une partie d’utilisateurs en situation de handicap. C’est, d’une manière beaucoup plus structurante, et là est le vrai chantier, intégrer dans nos dispositifs de communication une dimension transverse et beaucoup plus profonde.

C’est dans cette perspective que j’agis, en collaboration étroite avec Ségolène Neuville, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et Clotilde Valter, Secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat.

Nous avons tout d’abord mis à jour le référentiel général d’accessibilité pour les administrations. Il s’agissait bien de faire en sorte que ce référentiel corresponde aux évolutions techniques rapides du numérique, notamment  en permettant la mise à disposition de ressources destinées à accompagner les acteurs publics dans la prise en compte de l’accessibilité numérique.

Il est par ailleurs essentiel de faire en sorte que les développeurs informatiques soient sensibilisés et formés aux enjeux de l’accessibilité numérique : c’est pour cela que l’Etat a signé avec des écoles publiques et privées une charte relative à l’intégration de l’accessibilité numérique dans les cursus de formation.

A l’échelle européenne, je suis avec une grande attention les travaux sur la directive européenne sur l’accessibilité et je suis régulièrement à Bruxelles pour soutenir une version élargie de cette directive.

Enfin, j’ai souhaité inclure dans mon projet de loi pour une République Numérique qui a été votée en première lecture à l’Assemblée Nationale le 26 février dernier des engagements en faveur de l’accessibilité.

L’article 43 vise garantira l’accès des personnes sourdes et malentendantes aux services d’accueil téléphonique, via la fourniture d’un service de traduction écrite simultanée et visuelle.

L’article 44 concerne l’accessibilité des dispositifs publics de communication : il oblige les personnes publiques à afficher leur niveau de conformité aux normes en matière d’accessibilité, sous peine de sanction pécuniaire, ainsi qu’à élaborer un schéma pluri-annuel de mise en accessibilité de leurs dispositifs numériques.

Mais l’accessibilité des sites web et des applications mobiles est bien sur un enjeu crucial non seulement pour le secteur public mais aussi pour le secteur privé.

C’est pour cela que  je sais pouvoir compter sur la mobilisation des entreprises et les témoignages proposés par L’Officiel du handicap en sont un bel exemple. Vous pouvez compter sur ma détermination.