Suivez nous sur twitter

EXCLUSIF !

Découvrez le Dossier "Accessibilité numérique"

Fiches pratiques au service des ressources humaines

Claude BEBEAR

claude-bebear

En 2004, à la suite d’une étude réalisée avec l’Institut Montaigne sur « Les oubliés de l’égalité des chances », je décidais aux côtés de Yazid Sabeg de lancer un grand mouvement d’entreprises en faveur de la diversité en entreprise. En créant la Charte de la Diversité, je souhaitais avant tout que l’entreprise soit aux couleurs de la France, qu’elle reflète la diversité de la société.

Parmi les populations susceptibles d’être discriminées dans l’emploi, les travailleurs en situation de handicap occupent une place spécifique. Depuis déjà 1987, l’Etat promeut activement l’action en faveur des personnes en situation de handicap. En encourageant les entreprises de vingt salariés et plus à atteindre 6% de travailleurs handicapés dans leurs effectifs, l’Etat donne un signal fort au monde économique.

Mais, plus de vingt ans après cette première loi, les résultats escomptés ne sont toujours pas atteints : même si le taux d’emploi des personnes handicapées progresse, les entreprises, dans leur majorité, restent encore loin du quota imposé par la loi. Le taux de chômage des personnes handicapées culmine à plus du double de la moyenne nationale. Le handicap représente le deuxième sujet de plaintes présentées à la Halde, juste derrière l’origine ethnique. C’est dire combien, malgré les encadrements posés par la loi en matière d’embauche et d’intégration de personnes handicapées, il est nécessaire de continuer à agir pour faire bouger les mentalités.

Et pourtant, les entreprises ne lésinent pas sur les moyens : accords handicap, ateliers de sensibilisation, forums emploi ou encore tutorat de personnes handicapées … Les plus grandes s’investissent aujourd’hui dans des politiques handicap d’envergure, tout en étant rappelées par la réalité : la stigmatisation des travailleurs handicapés au sein de l’entreprise. Ces stéréotypes, à l’origine de discriminations dans le recrutement, l’intégration ou l’évolution de carrière, jouent un rôle majeur dans l’évolution des mentalités.

En 2011, IMS-Entreprendre pour la Cité, association qui accompagne plus de 200 entreprises dans leur engagement sociétal,  a livré les résultats d’une étude visant à évaluer l’impact des stéréotypes sur l’emploi des personnes handicapées. Elle montre notamment combien les clichés ont la vie dure : handicap considéré comme « inné et permanent » ; vision « faussée du niveau de formation des handicapés » ; manque de perception de la diversité des handicaps… Elle montre aussi que la sensibilisation est efficace, surtout si elle passe par la rencontre dans un contexte professionnel.

Il est donc aujourd’hui plus que primordial de continuer à faire évoluer les représentations que peuvent avoir les salariés des personnes handicapées en entreprise, et l’Officiel du Handicap, par son travail remarquable, y contribue largement. Tous les acteurs publics, privés et associatifs doivent travailler ensemble pour sortir de ces logiques d’exclusion, et mettre en place des politiques de gestion des ressources humaines axées sur la reconnaissance et la valorisation des compétences individuelles. C’est bien pour favoriser la cohésion et l’équité sociale et pour augmenter sa performance que l’entreprise doit favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap, et non pas uniquement pour se mettre en conformité avec la loi.